Avis: Mes vrais enfants de Jo Walton

Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite. Très âgée, très confuse, elle se souvient de ses deux vies. Dans l’une de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une liaison épistolaire et platonique, un homme qui n’a pas tardé à montrer son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a eu des enfants. Elle les aime tous… Mais lesquels sont ses vrais enfants : ceux de l’âge nucléaire ou ceux de l’âge du progrès ? Car Patricia ne se souvient pas seulement de ses vies distinctes, elle se souvient de deux mondes où l’Histoire a bifurqué en même temps que son histoire personnelle.

Titre : Mes vrais enfants
Auteur : Jo Walton
Couverture : Aurélien Police
Editeur : Denoël, Lunes d’encre.
Lien: Mes vrais enfants
Pages: 352 p.
Format: 140 x 205 mm
Dépôt légal : janvier 2017
ISBN : 9782207134818 Prix 22.50 €
Le roman raconte la vie de Patricia Cowan. Enfin, plutôt ses deux vies. Le début de l’histoire se concentre sur la Patricia âgée et « confuse » qui se souvient de ses deux réalités parfaitement différentes. Le jour où le cours de sa vie à basculer, l’histoire de l’humanité a aussi emprunté deux chemins différents. La question est de savoir alors laquelle de ses deux histoires est vraie.

Dans sa première vie, Patricia ou plutôt Tricia est une femme malheureuse en mariage et avec une vie professionnelle inexistante (du moins jusqu’à un certain moment) mais elle vit dans une ère de progrès, où les avancées scientifiques entraînent le monde dans un âge d’ « or ».

Au contraire, dans sa seconde vie, Patricia ou « Pat » est une femme comblée en amour et professionnellement malgré un climat géopolitique extrêmement tendue où la guerre froide n’a pas pris fin et où les bombes nucléaires sont omniprésentes.

Ce qui est intéressant dans ce roman c’est que l’histoire « secondaire » (les contextes géopolitiques) est tout aussi importante (à mes yeux) que l’histoire principale (les vies de Patricia). Les deux « réalités » sont drastiquement différentes l’une de l’autre et ne correspondent en rien à notre réalité à nous, d’où le caractère uchronique du livre (c’est le seul élément de science-fiction que vous retrouverez). Cependant, l’Histoire ayant eu un tournant à un moment précis, on s’imprègne facilement de ses deux contextes géopolitiques totalement réalistes et c’est là, la force de ce roman.

De plus, ce roman nous permet d’avoir une réflexion sur le monde qui nous entoure et des choix que l’on peut faire. Préfère-t-on un climat géopolitique favorable, où tout n’est que progrès et paix, mais avec une vie personnelle marquée par la mort, le rejet et la douleur ? Ou préfère-t-on vivre dans un monde ravagé par les guerres et les bombes nucléaires mais avec une vie personnelle et professionnelle épanouie ?

Ce roman de Jo Walton est nettement meilleur que son prédécesseur Morwenna. Plus mature, plus réaliste, il nous entraîne complètement dans les deux vies de Patricia sans aucune difficulté de lecture malgré la quantité d’informations et de personnages différents. Les personnages sont attachants que ce soit dans la vie de Pat ou dans la vie de Tricia et ont tous une vraie importance dans l’histoire. Le livre est tout sauf ennuyeux et se lit d’une traite. Chapitre après chapitre, on change de réalité et on parcourt les années de la vie de Patricia.

Je pense que la plupart des gens préféreront la vie de Pat car bien plus heureuse malgré les problèmes que connaît le Monde. Ce n’est pas vraiment mon cas. A vrai dire je n’ai pas de préférence entre les deux. Le personnage de Patricia a un caractère assez similaire dans les deux réalités et est quelqu’un de courageux qui n’a pas peur de se battre pour ses principes. De ce fait, même si la vie de Tricia semble beaucoup plus mal parti que celle de Pat, on a plaisir à voir qu’au fil de sa vie, elle parvient à réussir certaines choses, par exemple à s’épanouir dans sa vie professionnelle tardive ou même en tant que mère, malgré quelques couacs.

Mon avis

Au final, ce livre est excellent et je le recommande fortement si vous avez envie de vous détendre et de ne pas vous prendre la tête. Si vous voulez quelque chose d’un peu plus prise de tête, allez voir du côté de Mikofsky, il ne lit que des bouquins déprimants ou incompréhensibles.

17
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s