Avis: Malpertuis de Jean Ray

Malpertuis !
Étrange demeure qui sue l’horreur des grands serpents qui l’habitent et l’effroi de ceux qui l’approchent…

Titre : Malpertuis
Auteur : Jean Ray
Couverture :Néant
Editeur : Marabout
Lien: Malpertuis
Pages: 320 p.
Format: néant
Dépôt légal : 1962
ISBN : néant
Prix: néant
Pour débuter cette chronique, je voulais parler rapidement de Jean Ray. C’est un auteur bien trop peu connu à mon goût. A titre d’exemple en librairie, hormis les récentes rééditions de la collection Jean Ray, aux éditions Alma, les œuvres de cet auteur est quasi inexistant dans les librairies. Alors oui, le soucis ne tient pas du fait des libraires: on observe un trou entre les dernières éditions de ses œuvres (près de 30 ans par exemple pour Les comptes du Whisky). De plus étant étudiant, je me suis dit que j’allais regarder dans ma Bibliothèque Universitaire pour trouver ses œuvres, et des études sur lui, et à part 2 ou 3 livres qui se battent en duel, peu de chose sur lui. Je suis vraiment surpris qu’on puisse trouver quantité d’ouvrage sur Lovecraft, qui est maintenant tellement connu que même une personne ne l’ayant jamais lu le connais, et que Jean Ray reste inconnu au bataillon. Je pousse la comparaison avec Lovecraft parce que les œuvres de Jean Ray sont très similaires aux type lovecraftien et qui plus est, il est son exact contemporain. Jean Ray tout comme Lovecraft maîtrise le fantastique en l’entre-mélant avec de l’horreur rendant les récits extrêmement dérangeant. Tout comme l’élément de l’eau qui joue un rôle prépondérant dans les récits de Lovecraft, le noir et les ombres sont sources d’horreur et de mystère dans ceux de Jean Ray (tout du moins dans Malpertuis. Tout ce paragraphe a pour but de permettre de situer le type d’œuvre de Jean Ray, et pour encourager toutes personnes aimant Lovecraft (qui sont légions maintenant) à lire et découvrir Jean Ray. Pour tout vous dire, je pense que vous pouvez arrêter la lecture de la chronique, ce paragraphe et suffisant pour se faire une idée du livre qu’est Malpertuis. Et je peux vous le dire tout de suite j’ai adoré ce livre.

Pour en venir précisément à Malpertuis, l’histoire se présente sous la forme de 3 récit, 3 narrateurs différents, auquel s’ajoute un narrateur externe qui synthétise les 3 récits qu’il a trouvé. On suit donc tout à tour l’histoire du mystère autour Malpertuis par le biais de Doucedame le Vieil, Doucedame le Jeune, et du Père Euchère, qui sont tout trois des clés d’analyse concernant le brouillard de Malpertuis. Qu’est ce que Malpertuis ? Une maison, et je n’en dirai pas plus car toute la force de ce livre provient des découvertes successives que l’on fait de cette maison pour le moins étrange. En ce qui concerne les personnages, on ne s’y attache pas plus que ça. Par contre chacun est enveloppé de mystère ce qui intrigue le lecteur. À mon sens Jean Ray cherchait plus à ce que le lecteur s’interroge sur les protagonistes que s’attacher à eux. Sur ce point c’est réussit. En ce qui concerne la structure du texte, le récit peut paraître laborieux en ce qui concerne les 100 première pages car l’histoire se met en place et c’est au lecteur de réussir à piocher les informations pour se faire une idée de la situation. Dans le paragraphe précédent, j’ai comparé Jean Ray à Lovecraft car dans les 2 cas, la force des romans proviennent de l’ambiance général du livre. En effet, du début à la fin, le récit trouble, dérange, inquiète le lecteur. Il faut également noter que le genre fantastique permet d’autant plus d’accentuer le malaise, et qu’il est bien dommage que ce genre ne soit pas plus mis en avant Ce qui a terminé de me charmer c’est l’écriture de Jean Ray. Je l’ai trouvé à la fois oppressante et jolie, et surtout il émerge de chaque page une culture qui m’a beaucoup plu. Et oui on peut trouver la fin (aussi surprenante soit-elle), si on possède une culture générale assez poussé dans un certain domaine, mais je n’en dirais pas plus.

Mon avis

Ce livre est vraiment très bon. L’objectif donné est amplement réalisé. Le sentiment de malaise et d’oppression se fait sentir du début à la fin, et les qualités de l’écrivain ne font qu’embellir cette histoire. Pour les amateurs de fantastique, de Lovecraft, franchement penchez vous sur Malpertuis, cette maison remplit de mystère et d’inattendue.
Il faut lire MALPERTUIS ! Il faut lire JEAN RAY ! (maintenant qu’il est réédité, vous n’avez plus d’excuse)

17
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s